Une journée à Marie-Galante, l’île aux cent moulins

Face à La Toubana Hôtel & Spa se trouve Marie-Galante, l’île tranquille et authentique de l’ensemble de l’arc des Petites-Antilles.

Là-bas, les champs de canne à sucre s’étendent à perte de vue, les plages paradisiaques se succèdent, la faune et la flore sous-marines surprennent… Bienvenue sur l’île aux Cent Moulins, prénommée aussi la Grande-Galette, qui vaut le détour pour un voyage riche en découvertes.

Beaucoup voient Marie-Galante comme la Guadeloupe « d’antan ». En effet, la vie y est préservée, la ruralité y est conservée afin que l’authenticité soit perçue à chaque recoin de l’île. Venez sillonner la route du littoral où vous croiserez ces cabrouets, des charrettes en bois tirées par des bœufs…

Marie-Galante marque par ses sites naturels tel que Gueule Grand Gouffre, gouffre à ciel ouvert creusée par la mer de 50 mètres de diamètre et de 30 mètres de hauteur ! La beauté du site est exceptionnelle.  Si vous recherchez un spot pour une petite pause farniente, vous avez l’embarras du choix des belles plages de sable blanc…l’Anse Canot, la Plage de la Feuillère, la Plage du Vieux Fort… elles s’étendent à perte de vue avec une eau aux nuances de bleues infinies.

C’est aussi et avant tout l’île de la culture du rhum ! En vous baladant à travers les champs de canne à sucre, vous tomberez sur l’une des trois distilleries encore présentes sur l’île. Lors des dégustations, ne soyez pas surpris, le rhum de Marie-Galante est réputé comme étant le plus fort de toutes les îles de Guadeloupe, pas moins de 59°…

La visite de l’île se termine par l’Habitation Murat, ancienne maison coloniale, abritant aujourd’hui un écomusée des traditions et arts populaires de l’île. Entre calme, paradis et authenticité, venez apprécier la beauté de Marie-Galante, une île hors du temps.

La Toubana Hôtel & Spa, en route vers la 5e étoile

Avant d’être l’un des hôtels les plus chics des îles de Guadeloupe,  La Toubana Hôtel & Spa s’est construite au fur et à mesure  sous l’impulsion d’une famille de passionnés. Depuis plus de trente ans, de père en fils et de parents à enfants, le clan  s’attèle à satisfaire la clientèle avec sincérité, goût et raffinement.  Une cinquième étoile fera de ce lieu magique le premier hébergeur  de cette gamme de la destination.

Dans les années 50, Robert Vial Collet, Savoyard d’origine, arrive en Guadeloupe en bateau. Il y rencontre une belle Guadeloupéenne, Michèle, qui deviendra son épouse et la mère de ses trois enfants. Cet homme visionnaire achète dans les années 70 les terrains où sera construite La Toubana. À l’époque, son beau-père lui explique qu’il fait une grave erreur car il faut acheter de la terre à « cannes » ou à « bananes », mais certainement pas une falaise rocailleuse ! En 1984, l’hôtel ouvre finalement ses portes avec 18 « petites cases » 2 étoiles. En 2005, la famille décroche une troisième étoile, puis une quatrième en 2012. Il est ensuite exploité par son fils Patrick et son épouse Corinne, qui eux-mêmes passent le flambeau à Chloé et Aston, leurs enfants, aujourd’hui en charge du lieu.

À La Toubana, chaque bungalow est niché dans son petit cocon entouré de végétation. Tous sont dotés d’une belle terrasse avec vue imprenable sur la mer. À l’intérieur, les persiennes laissent passer la lumière tout en créant une atmosphère paisible et englobante. Les parties communes restent dans le même état d’esprit, cosy, chic tout en gardant l’esprit créole. Le restaurant et le bar se situent au niveau de la piscine à débordement. De là-haut, la vue sur Marie-Galante et la plage de la Caravelle est imprenable.

Deux restaurants, deux ambiances. L’un en bord de mer, à côté de la plage, l’autre perché côté piscine. Chaque année, que ce soit pour l’un ou pour l’autre, les cartes sont revues mais les plats iconiques, comme la langouste grillée, restent ! Chaque plat est imaginé et concocté en fonction des produits saisonniers qui sont choisis chez des petits producteurs. Du local, du frais, du typique !

Les villas ont été construites et rajoutés au complexe hôtelier en 2014. Totalement indépendante de la partie bungalows, on y trouve 3 luxueuses villas et 12 suites dont 2 avec piscines. En faisant appel à l’architecte Guy Benoist et à la décoratrice Muriel Chabernaud, l’âme du lieu et son cachet typique ont été préservés, sans aller vers un style trop moderne. La disposition des chambres permet une indépendance totale. Chacun circule facilement dans cet espace aéré et lumineux. Au petit matin, le spectacle sur la mer et le chant des oiseaux promettent une journée des plus douces. Tout en préservant la luminosité extérieure, les stores apportent une sensation agréable et tranquillisante. Loin du monde extérieur et de l’agitation, le corps se relaxe sous les jets des douches à l’italienne. Un véritable cocon de bonheur à partager à plusieurs.

Totalement rénovée, la nouvelle réception… et le sourire radieux du personnel… donnent envie de s’y attarder. Et qui de mieux que des locaux aguerris pour appréhender l’île et peaufiner son séjour ? Côté beauté, le spa s’est doté d’un accueil, d’une salle de repos, de nouvelles cabines et de vestiaires tout neufs. Au niveau de la plage, la digue est devenue une plage en soi. Paréos, petites tuniques, pochettes, une boutique pratique a été également ouverte.

« Quand on loue une villa à La Toubana, on a aussi bien accès à l’intégralité de l’hôtel, au ménage quotidien, au chef en villa si on le souhaite, au spa, à la piscine, aux services de plage. L’équipe s’arrange toujours pour réaliser vos souhaits, dans la limite du raisonnable. Vous voulez un majordome, un cours de yoga, un chef, un massage, un cours de natation… tout est possible », explique Chloé. Quand le rêve devient réalité…

Faustine François

Une multitude d’activités à expérimenter en famille

Entre la mer des caraïbes et la forêt tropicale, la guadeloupe est la destination idéale pour profiter avec les enfants de nombreux loisirs.

Entre 2 et 3 ans

Avec sa mer transparente et peu profonde, la plage de Sainte-Anne est sans nul doute la mieux adaptée pour laisser barboter les petits et faire rêver les grands.

Plantes et fleurs tropicales, oiseaux multicolores et flamants roses… le Jardin botanique de Deshaies nous en met plein la vue ! Le parcours est parfaitement aménagé pour les poussettes.

La découverte en bateau de la Réserve naturelle du Grand-Cul-de-sac marin mérite le détour. C’est parti pour une exploration de la mangrove et de ses palétuviers, mais aussi des fonds marins. Ce lagon de 15 000 hectares abrite une faune unique d’oiseaux de mer, de poissons, de tortues et de coquillages… Et une cinquantaine d’espèces de coraux et plus de 150 espèces de mollusques ont été recensées dans cet aquarium à ciel ouvert !

Entre 4 et 10 ans

Pour les journées trop chaudes, pousser la porte de l’Aquarium à Gosier est une très bonne option. Les écosystèmes locaux y sont présentés dans une cinquantaine de bassins. L’aquarium s’est récemment doté d’un bassin tactile pour apprendre à toucher avec respect certaines espèces ainsi que des technologies de pointe pour une visite interactive et ludique de la mer. Faire son baptême de plongée est possible, notamment à la réserve Cousteau, et ce… dès 8 ans ! Un vrai rêve d’enfant.

Incontournable pour les kids, le zoo parc des Mamelles. Ce parc de 4 hectares de forêt tropicale où sont hébergées 85 espèces animales de la Caraïbe promet des sauts et des cris de joie à la vue des perroquets, singes, félins ou du scarabée rhinocéros, l’un des plus gros insectes du monde !

Pour s’amuser dans l’eau, on ne peut que vous conseiller les jardins de Valombreuse et leurs toboggans aquatiques, à Petit-Bourg.

Juste à côté, la cascade aux Écrevisses est très facile d’accès. Si tout le monde est sage : pique-nique et baignade au programme !
Seul ou à plusieurs, le canoë-kayak est un sport ludique qui permet de découvrir des horizons de manière autonome !

Adrien Ballanger

Entre 11 et 17 ans

Pour les fans de glisse à la recherche de sensations, le surf est une activité physique à découvrir dès 8 ans. La satisfaction de prendre sa première vague est glorifiante !

Se déplacer de branche en branche, passer des ponts suspendus, dépasser sa peur du vide… Le parcours accrobranche Le Tapeur à Pointe-Noire vous promet une après-midi ludique et pédagogique avec fous rires garantis.

Vous cherchez une activité insolite pour un anniversaire ? Que diriez-vous de louer un bateau sans permis en forme de donut avec barbecue intégré ? Rendez-vous au lagon de Saint-François pour une sortie festive hors du commun dans une eau turquoise.

Comme un masque, un tuba et des palmes suffisent, le snorkeling se pratique dans beaucoup d’endroits en Guadeloupe. Qui va voir le plus beau poisson ? Excursion vers Petite-Terre très recommandée. Au programme : tortues, petits requins-citrons, poissons-anges, barracudas, etc.

Véritable jeu d’équilibriste, le « stand-up » paddle sur lequel on se tient debout et on avance avec une pagaie. Le premier qui tombe a perdu ! Randonnées proposées au départ de Vieux-Bourg, Morne-à-l’Eau.

Envie de prendre le large ou simplement d’apprendre à manier la voile avec ses amis et de goûter aux frissons des changements de cap ? Plusieurs écoles de voile vous attentent aux quatre coins des îles de Guadeloupe. De vraies vacances de pirates !

Faustine François

Randonnées en forêt tropicale

Adrien Ballanger

Dominé par le volcan, le côté Basse-Terre, soit l’aile gauche de celle qu’on appelle « l’île Papillon », offre des paysages tropicaux étonnants et une biodiversité exceptionnelle. Entre cascades, chutes d’eau et rivières, le Parc national regorge de sentiers de randonnée que l’on peut traverser avec ou sans guide.

Adrien Ballanger

Y a-t-il un moment plus propice à la magie que celui où un corps et un esprit divaguent ? Et quel bonheur d’atteindre cet état après avoir grimpé des kilomètres pour découvrir une vue à couper le souffle ! À l’issue d’une ascension unique, le sommet du volcan de la Soufrière, à 1 467 mètres d’altitude, offre un point de vue à 360 degrés sur toutes les îles de la Guadeloupe. Par des chemins plus ou moins confidentiels, la découverte de ce panorama laisse bouche bée, sans compter le spectacle étonnant des cratères et leurs vapeurs de soufre. Pour avoir la chance d’y accéder, la météo joue un rôle majeur car les nuages restent souvent accrochés à son sommet. Pensez à vérifier les conditions le matin même.

Adrien Ballanger

Dans un autre genre, plus tropical, la conquête du Saut d’eau du Matouba est une expérience surprenante. Cette courte randonnée traverse une bananeraie avant de descendre un sentier escarpé vers la rivière Saint-Louis. Ici, le monde végétal déploie sa force et la biodiversité est exceptionnelle. Notre guide nous explique que si les racines des arbres sont visibles, c’est parce qu’elles ne peuvent se planter dans la roche. Pour survivre, elles s’équilibrent les unes avec les autres et tiennent debout en s’entremêlant : l’union fait la force. Plus loin, on découvre des fougères arborescentes, sortes de parasols déjà présents à l’époque des dinosaures. Plus de 260 variétés de fougères ont été répertoriées. On apprend que le bégonia se mange cru et cuit et que le résolu est un arbre massif dont le bois est utilisé pour faire du mobilier, notamment les placards de cuisine car il ne craint pas l’eau. La fleur avec la petite queue blanche se mange, elle s’appelle « queue-de-rat » et a un goût de poivre. On n’arrête plus notre guide dans ses explications. Une fois en bas, la remontée dans le lit de la rivière conduit à un bassin d’eau au pied d’une petite cascade. Les roches volcaniques extrêmement rigides trônent, impressionnant ! La pluviométrie et la morphologie du terrain sont ici à contrôler. Un bon moyen de vérifier est d’empiler trois petits rochers plats sur une pierre émergée. Si l’eau monte, ils ne seront plus visibles. Se méfier également du sol trop sec.

Adrien Ballanger

Pour ceux qui souffrent des dénivelés, la randonnée jusqu’au Bassin bleu est facile. Elle débute sur un terrain bétonné, et le passage est ensuite assez large. Les jours sans nuages, le massif de la Soufrière est visible. Sur l’arbre appelé gommier blanc, on distingue une pâte blanche qui est utilisée comme un encens naturel. Sur le chemin, on aperçoit des équipements pour approvisionner la ville de Gourbeyre en eau douce. Tout du long, on peut accéder par des cordes à plusieurs bassins dans lesquels il est possible de se baigner. Vous voilà arrivé : c’est le moment de se détendre et d’apprendre à déceler le chant du sucrier et des différentes familles d’oiseaux qui peuplent ce lieu paradisiaque.