ART : Le Modèle Noir de Géricault à Picasso

Projet très novateur et grande première internationale au Mémorial ACTe, cette exposition a déjà connu une première étape à New-York à la Wallach Art Gallery of Columbia University et une deuxième étape à Paris au Musée d’Orsay. Elle s’installe à Pointe-à-Pitre de septembre à décembre 2019 et montre, à travers 110 oeuvres, la représentation des figures noires dans les beaux arts sur une période de plus de deux siècles.

2. Delacroix Ferdinand Victor Eugène Étude d’après le modèle Aspasie, huile sur toile, vers 1824-1828, © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole, photographie Frédéric Jaulmes.

 

PLUS QU’UNE EXPOSITION, UN
MESSAGE
Dépassant largement la dimension artistique, cette exposition se penche sur les problématiques esthétiques, politiques, sociales, raciales mais aussi sur l’imaginaire suscité par ces représentations au fil des décennies. Elle traite d’un grand non-dit, d’un grand non vu de l’histoire de l’art qui est le rapport des
artistes modernes aux modèles noirs. Un dialogue entre l’artiste qui peint, qui sculpte ou qui photographie et son sujet qui pose pour lui. Les artistes sont  engagés au côté de ces figures qui posent, bien souvent dans le plus grand silence, à l’époque où l’on peine à leur reconnaître une identité propre.

LES PLUS GRANDS ARTISTES
Géricault, Delacroix, Carpeaux, Matisse, Cézanne, Rousseau ou encore Gauguin, des artistes engagés qui, par militantisme, dénoncent la traite négrière et luttent, pinceaux en main, pour réhabiliter leurs conditions humaines.
Si l’abolition de l’esclavage est déclaré en 1794, il faudra bien un demi-siècle avant que la société n’intègre réellement cette nouvelle condition comme une réalité.

L’INITIATIVE…
… est née d’une collaboration fructueuse de part et d’autre de l’Atlantique entre Denise Murrell, PhD, chercheuse postdoctorante de la Fondation Ford à la Wallach Art Gallery de New York et le Musée d’Orsay. C’est à partir de la thèse qu’elle soutint en 2013 à l’université Columbia, Seeing Laure : Race and Modernity from Manet’s « Olympia » to Matisse, Bearden and Beyond, que s’élabora toute une réflexion.

DES IDENTITÉS RETROUVÉES
Qui savait, avant cette exposition, que la célèbre servante du tableau «Olympia» de Manet, tableau qui fit scandale en 1865, se nommait Laure ? Qui se souvenait que l’un des modèles préférés de Matisse, « La danseuse haïtienne », se prénommait Carmen ? Qui se souvenait que le modèle de Géricault, qui surplombe le très connu tableau du « Radeau de la Méduse » était noir. Venu de l’ex-colonie de Saint-Domingue, qui deviendra Haïti, il incarne cette victorieuse figure de proue, conquérante et optimiste, qui tranche avec les autres naufragés prostrés. Son prénom ? Joseph.

 

 

04

Jean-Baptiste Carpeaux Pourquoi naître esclave ?, après 1875, plâtre polychrome ©Musée des Beaux-Arts de la ville de Reims, photographie C Devleeschauwer.

 

Pierre Puvis de Chavannes, Jeune Noir à l’épée, , huile sur toile, 1848-1849, © Musée d’Orsay, Paris.
Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

L’art du bronzage

Comment dorer sa peau (et la maintenir hâlée) sans passer par la case coup de soleil ? Trois conseils d’expertes à suivre à la lettre.

Éviter les coups de soleil !

«Appliquez de la crème solaire avec un indice de protection adapté à votre phototype. Il faut le faire au minimum toutes les deux heures et après chaque baignade et utiliser une crème biodégradable et respectueuse des milieux marins. On évite aussi de s’exposer au moment où le soleil est le plus intense (entre 12h et 16h).» Laure Calvel, Directrice Lancaster

Manger équilibré !

«Pour préparer votre peau au bronzage, faites une cure de bêta-carotène ! Riche en antioxydants, cette “provitamine A” va stimuler la production de mélanine et agir contre le vieillissement cutané. Cap également sur tous les aliments de couleurs orange comme les patates douces, les carottes, les abricots, mais aussi les épinards et la mâche !» Cécile Espinasse, Chef de rubrique beauté

Se huiler après la douche !

«Comme le monoï ne contient aucun filtre, je l’applique le soir, à la sortie de la douche. Sur peau humide, il se transforme en émulsion, s’étale bien et pénètre mieux. Bourré d’acides gras et de vitamine E antioxydante, c’est le remplaçant tout trouvé de mon lait pour le corps habituel.» Jeanne Dréan, Rédactrice beauté

Voir noter article sur les plages à explorer en famille

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

La Toubana Hôtel & Spa, en route vers la 5e étoile

Avant d’être l’un des hôtels les plus chics des îles de Guadeloupe,  La Toubana Hôtel & Spa s’est construite au fur et à mesure  sous l’impulsion d’une famille de passionnés. Depuis plus de trente ans, de père en fils et de parents à enfants, le clan  s’attèle à satisfaire la clientèle avec sincérité, goût et raffinement.  Une cinquième étoile fera de ce lieu magique le premier hébergeur  de cette gamme de la destination.

Dans les années 50, Robert Vial Collet, Savoyard d’origine, arrive en Guadeloupe en bateau. Il y rencontre une belle Guadeloupéenne, Michèle, qui deviendra son épouse et la mère de ses trois enfants. Cet homme visionnaire achète dans les années 70 les terrains où sera construite La Toubana. À l’époque, son beau-père lui explique qu’il fait une grave erreur car il faut acheter de la terre à « cannes » ou à « bananes », mais certainement pas une falaise rocailleuse ! En 1984, l’hôtel ouvre finalement ses portes avec 18 « petites cases » 2 étoiles. En 2005, la famille décroche une troisième étoile, puis une quatrième en 2012. Il est ensuite exploité par son fils Patrick et son épouse Corinne, qui eux-mêmes passent le flambeau à Chloé et Aston, leurs enfants, aujourd’hui en charge du lieu.

À La Toubana, chaque bungalow est niché dans son petit cocon entouré de végétation. Tous sont dotés d’une belle terrasse avec vue imprenable sur la mer. À l’intérieur, les persiennes laissent passer la lumière tout en créant une atmosphère paisible et englobante. Les parties communes restent dans le même état d’esprit, cosy, chic tout en gardant l’esprit créole. Le restaurant et le bar se situent au niveau de la piscine à débordement. De là-haut, la vue sur Marie-Galante et la plage de la Caravelle est imprenable.

Deux restaurants, deux ambiances. L’un en bord de mer, à côté de la plage, l’autre perché côté piscine. Chaque année, que ce soit pour l’un ou pour l’autre, les cartes sont revues mais les plats iconiques, comme la langouste grillée, restent ! Chaque plat est imaginé et concocté en fonction des produits saisonniers qui sont choisis chez des petits producteurs. Du local, du frais, du typique !

Les villas ont été construites et rajoutés au complexe hôtelier en 2014. Totalement indépendante de la partie bungalows, on y trouve 3 luxueuses villas et 12 suites dont 2 avec piscines. En faisant appel à l’architecte Guy Benoist et à la décoratrice Muriel Chabernaud, l’âme du lieu et son cachet typique ont été préservés, sans aller vers un style trop moderne. La disposition des chambres permet une indépendance totale. Chacun circule facilement dans cet espace aéré et lumineux. Au petit matin, le spectacle sur la mer et le chant des oiseaux promettent une journée des plus douces. Tout en préservant la luminosité extérieure, les stores apportent une sensation agréable et tranquillisante. Loin du monde extérieur et de l’agitation, le corps se relaxe sous les jets des douches à l’italienne. Un véritable cocon de bonheur à partager à plusieurs.

Totalement rénovée, la nouvelle réception… et le sourire radieux du personnel… donnent envie de s’y attarder. Et qui de mieux que des locaux aguerris pour appréhender l’île et peaufiner son séjour ? Côté beauté, le spa s’est doté d’un accueil, d’une salle de repos, de nouvelles cabines et de vestiaires tout neufs. Au niveau de la plage, la digue est devenue une plage en soi. Paréos, petites tuniques, pochettes, une boutique pratique a été également ouverte.

« Quand on loue une villa à La Toubana, on a aussi bien accès à l’intégralité de l’hôtel, au ménage quotidien, au chef en villa si on le souhaite, au spa, à la piscine, aux services de plage. L’équipe s’arrange toujours pour réaliser vos souhaits, dans la limite du raisonnable. Vous voulez un majordome, un cours de yoga, un chef, un massage, un cours de natation… tout est possible », explique Chloé. Quand le rêve devient réalité…

Faustine François

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Les voyageurs modernes

Mannequins, chefs d’entreprise, influenceurs, ils nous confient leurs ruses pour appréhender le voyage facilement.

FRANÇOIS ANGOSTON, mannequin, «Lorsque je voyage, écouter Aznavour sur mon casque antibruit m’aide à me détendre et à voyager dans mes pensées. »

AUDE SARKAMARI, influenceuse, «Pour les voyages longs, je privilégie les matières fluides et légères, même si j’emmène toujours une petite laine avec moi. J’essaie de faire quelques exercices d’étirements et de relaxation, sans oublier d’hydrater ma peau et de boire beaucoup d’eau. »

YANN BERVAS, influenceur, «La seule chose qui compte est de vous mettre dans un nouvel environnement que vous n’avez jamais vu auparavant… peu importe où vous allez. »

TIMOTHÉE CAGNIARD, fondateur de la Boite Concept, «Je me force à ne pas dormir dans l’avion et je m’arrange pour atterrir le soir… je m’écroule donc en arrivant à l’hôtel et j’évite ainsi le jet-lag. »

MARIE COURROY, chef de l’entreprise Modetrotter «Je voyage confort avec mon legging à rayures American Apparel et un gros hoodie Modetrotter bien chaud, bien large et avec une capuche pour bien m’emmitoufler ! »

JESSICA FRANKLIN, influenceuse, «Pour 95% de mes voyages, je ne prends qu’un bagage à main, rien en soute. Cela me fait gagner en flexibilité, et j’économise du temps et de l’argent. »

Faustine François

 

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Un petit rafraîchissement ?

La Toubana hôtel & Spa, ce sont deux restaurants (Le Grand Bleu et La Plage), mais c’est également un bar : Le Bar de la Mer.

Nous vous dévoilons aujourd’hui quelques-unes de nos recettes de cocktail les plus emblématiques, pour ceux qui n’ont pas la chance de pouvoir venir les déguster sur place.

Le Cocktail Hugo :

Ingrédients :

Feuilles de menthe
2cl de St Germain
7cl de Prosecco
Eau gazeuse

Préparation:

Dans un verre à vin, mettre 5 ou 6 glaçons, quelques feuilles de menthe préalablement tapé dans sa main pour faire sortir l’arôme, verser 2 cl de st germain, 7cl de Prosecco et finir avec un peu d’eau gazeuse.

Ce cocktail, assez commun dans le Nord Est de l’Italie, en Autriche et en Allemagne, est un apéritif frais qui convient très bien au climat guadeloupéen.

Le Byen Fwape


Ingrédients: 

Citron vert
3cl rhum
3cl cordial thym et pamplemousse
2cl Aperol

Recette : 

Piler 3/4 quartiers de citron au fond du verre

Ajouter 3cl de cordial thym pamplemousse, 3cl de rhum Bologne silver et 2cl d’Apérol.

Mettre de la glace pilée et remuer.

Pour la décoration, glace pilée et branche de thym frais si possible (une rondelle de citron peut également convenir).

 

Le Sik d’Asie

Ingrédients:

Limonade
Saint Germain
Vin blanc
Sirop de sucre de canne
Citron vert

Préparation :

Refroidir son verre avec des glaçons.
Commencer par un fond de limonade, y ajouter 3Cl de Saint Germain, 3Cl De vin blanc, 2,5Cl de jus de citron vert et enfin 0,5Cl de sirop de sucre de canne. Servir frais sur glace

Cette boisson est idéale pour accompagner vos plats de poissons ou fruits de mer, très frais.

Le Bar de la Mer est ouvert de midi à 20h pour les chanceux qui désirent déguster leurs cocktails sur place avec une vue à couper le souffle !

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux